Stratégie nationale pour la littératie financière – Compte sur moi, Canada

​​Tout au long de l’année 2014, la chef du développement de la littératie financière a rencontré des intervenants et a tenu des consultations dans tout le pays afin d’assurer l’élaboration d’une stratégie nationale qui répond aux besoins de tous les Canadiens. Consultez la stratégie complète ci-dessous. Elle établit des buts et des priorités pour aider les Canadiens à mieux gérer leurs finances et à prendre de bonnes décisions au fil de l'évolution de leurs besoins et de leur situation. Elle appelle les organismes à joindre le mouvement pour aider les Canadiens à agir et à faire de la littératie financière un cheminement continu.​​

[Version PDF; 1,15 Mo]

Table des matières

Message du ministre Sorenson

À titre de ministre d’État aux Finances, je suis heureux que la Stratégie nationale pour la littératie financière – Compte sur moi, Canada appuie la priorité clé de notre gouvernement de créer des emplois et d’assurer la croissance et la prospérité à long terme en veillant à ce que tous les Canadiens aient les connaissances, les compétences et la confiance nécessaires pour prendre des décisions financières responsables. Mais avant tout, elle concrétise l’engagement que nous avons pris envers la population canadienne de l’aider à améliorer son bien-être financier. Lorsque les Canadiens qui travaillent fort possèdent tous les outils requis pour faire des choix financiers éclairés, leur situation économique personnelle en bénéficie et l’économie dans son ensemble s’en porte mieux.

La littératie financière est une priorité de notre gouvernement. Le Groupe de travail sur la littératie financière, créé en 2009, nous a mis sur la bonne voie. Après avoir effectué de longues recherches et tenu des consultations à la grandeur du pays, le Groupe de travail nous a présenté 30 recommandations. Un projet de loi émanant du député James Rajotte (Edmonton-Leduc), en mars 2012, nous a permis de franchir un pas de plus, en faisant de novembre le Mois de la littératie financière. Puis, en 2013, la Loi sur le chef du développement de la littératie financière a permis de nommer une chef du développement de la littératie financière qui assume un rôle de premier plan à l’échelon national en vue de renforcer la littératie financière de la population canadienne.

J’ai eu l’honneur d’annoncer la nomination de Jane Rooney à titre de première chef du développement de la littératie financière en avril 2014 et, ensemble, nous avons annoncé le nom des membres du Comité directeur national sur la littératie financière en juillet dernier. J’ai pris part aux consultations que la chef du développement de la littératie financière a menées auprès de la population d’un bout à l’autre du pays. Au cours de ces consultations, j’ai été impressionné par l’énergie, la passion et l’engagement d’un si grand nombre de participants qui ont exprimé leurs idées pour aider les Canadiens à atteindre leurs objectifs financiers.

Le lancement d’une stratégie intitulée Renforcer la littératie financière des aînés a marqué un premier jalon. Publié en octobre 2014, ce document concrétisait l’engagement du gouvernement à élaborer une stratégie pour la littératie financière qui répondrait aux besoins particuliers des aînés. La présente stratégie s’inscrit dans le prolongement des consultations nationales. Il me tarde d’assister à sa mise en œuvre et d’en apprendre plus sur les nouvelles initiatives qui en découleront.

J’encourage tous les Canadiens à chercher les ressources qui se trouvent dans leur collectivité et à saisir cette occasion d’améliorer leur littératie financière afin que, tous ensemble, nous puissions créer un pays encore plus prospère.

L’honorable Kevin Sorenson
Ministre d’État (Finances)

Avant-propos de la chef du développement de la littératie financière

Au cours de la dernière année, j’ai parcouru le pays pour parler avec les Canadiens de l’importance de la littératie financière et solliciter leurs points de vue sur la manière d’aider les gens à améliorer leurs connaissances et leurs compétences financières et accroître leur confiance à gérer leurs finances personnelles. À partir des recherches qui ont été menées et des connaissances que j’ai acquises lors de ces consultations, je présente une stratégie pour la littératie financière qui incite tous les Canadiens à passer à l’action et qui les sensibilise à l’importance de la littératie financière et aux retombées positives qu’elle peut avoir sur la vie des gens.

La Stratégie nationale pour la littératie financière – Compte sur moi, Canada aidera les Canadiens à acquérir les connaissances, les compétences et la confiance dont ils ont besoin pour prendre de bonnes décisions financières et améliorer leur bien-être financier. Leurs besoins financiers sont variés, et cette stratégie se veut accessible, inclusive et pertinente pour tous, tout en étant fondée sur la reconnaissance de la diversité de leurs expériences et de leur situation. 

Bien que la stratégie soit orientée vers l’avenir, il est important de reconnaître les efforts actuels en vue de renforcer la littératie financière des Canadiens. Outre l’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC), où je travaille, plusieurs organismes des secteurs public, privé et sans but lucratif offrent déjà de l’enseignement et du soutien en gestion des finances personnelles et familiales. À nul autre moment cela n’est-il plus évident que durant le mois de novembre, le Mois de la littératie financière, quand des centaines d’organismes sont à pied d’œuvre, pour aider les Canadiens à améliorer leurs compétences et leurs habitudes en matière financière. Beaucoup d’enfants apprennent les rudiments de la gestion des finances personnelles ou de l’argent à l’école, et des ressources préparent les adultes aux décisions et aux enjeux financiers auxquels ils seront confrontés tout au long de leur vie. De nombreux organismes offrent des programmes aux personnes aux prises avec des dettes, pour les aider à reprendre en main leur situation financière. 

La présente stratégie consolidera les efforts actuels et permettra de poursuivre sur leur lancée en mettant l’accent sur les objectifs et les priorités qui aideront les Canadiens à se préparer à gérer leurs finances et à prendre les bonnes décisions à mesure que leurs besoins et leur situation évoluent. La stratégie assemblera des organismes actifs dans ce domaine afin qu’ils unissent leurs efforts pour aider la population canadienne à passer à l’action.

La mise en œuvre de la stratégie nationale constituera l’essentiel de mon travail au cours des mois et des années à venir. Mais je ne serai pas seule. Les membres du Comité directeur national ont mis à profit leur vaste expertise pour créer la stratégie et ils se feront également les champions de sa mise en œuvre. De nombreux autres organismes sont déjà déterminés à appuyer la stratégie et certains nous ont fait part des initiatives prévues pour nous aider à atteindre nos objectifs : gérer son argent et ses dettes judicieusement, planifier et épargner pour l’avenir, prévenir la fraude ainsi que l’exploitation financière et s’en protéger. J’invite d’autres collaborateurs à se joindre à eux. 

Je suis toujours inspirée par les personnes qui, dans les communautés des quatre coins du pays, travaillent sans relâche pour améliorer leur littératie financière, ainsi que par celles qui en aident et en appuient d’autres. Dans mes fonctions de chef du développement de la littératie financière, j’encourage tous les Canadiens à participer, à suivre le mouvement et à faire de la littératie financière un cheminement continu.

Jane Rooney
Chef du développement de la littératie financière du Canada

Comité directeur national sur la littératie financière

Les membres du Comité directeur national sur la littératie financière ont joué un rôle clé dans le développement de la stratégie nationale, en offrant bénévolement leur temps et en mettant leur expertise à contribution. Leurs précieux conseils et apport n’ont pas de prix. Les membres continueront d’agir comme champions de la stratégie dans sa mise en oeuvre en sensibilisant et en mobilisant les organismes de leurs réseaux et secteurs d’activités. Leur engagement et implication sont grandement appréciés.​

Les membres du Comité directeur national sur la littératie financière sont :

Stratégie nationale pour la littératie financière – Compte sur moi, Canada

Introduction

Économiser pour faire des études. Acheter une première maison. Gérer son crédit. Planifier sa retraite. Quand on y pense, ce sont toutes des compétences fondamentales qui renforcent notre autonomie à titre de consommateurs. Elles constituent notre boîte à outils en littératie financière. Comme le simple fait de lire ouvre un monde de possibilités, la littératie financière nous permet de mieux comprendre les questions financières dans nos vies personnelles et sur une échelle plus vaste. Elle nous permet d’appliquer ces connaissances et d’assumer la responsabilité de nos décisions financières actuelles et futures.

Et c’est exactement de cela que traite la stratégie. C’est un projet ambitieux qui permettra aux Canadiens d’affronter leurs défis financiers. Elle consiste à améliorer les programmes actuels et à en élaborer de nouveaux, ainsi qu’à perfectionner la prestation de ces programmes et à accroître la sensibilisation aux ressources disponibles. La stratégie appuiera l’élaboration d’un plan d’action qui ciblera des livrables ainsi que des étapes pour mesurer les progrès et évaluer les pratiques exemplaires chez nous et ailleurs dans le monde. En regroupant toutes les ressources du Canada d’une nouvelle façon, nous pouvons faire beaucoup pour améliorer la littératie financière à long terme des Canadiens.

Quelle est l’urgence liée à la littératie financière? De nos jours, la gestion des finances personnelles dans un contexte d’innovation continue pose plusieurs défis. Les produits et les services financiers sont devenus plus complexes que jamais. Un plus grand nombre de possibilités s’offre à nous, ce qui complique la prise de décisions. La population canadienne nous dit que « ce n’est pas facile », et il en va de même dans de nombreux autres pays.

De plus, il est possible d’améliorer certaines compétences de base qu’a mises en relief la dernière Enquête canadienne sur les capacités financières, comme le fait de mieux gérer son budget, d’utiliser le crédit de façon plus avisée ou de payer ses factures à temps afin de réduire les pénalités et les frais d’intérêt inutiles. Il importe aussi de disposer de plans financiers en vue de la retraite et d’autres événements de la vie. Même s’il existe de nombreux programmes pour améliorer la littératie financière des Canadiens, leur incidence serait bien plus grande si ces initiatives étaient encadrées de manière coordonnée et concertée. Imaginez les répercussions si nous étions plus nombreux à travailler de concert pour mobiliser les Canadiens et les aider à développer leur confiance en matière de finances!

Le gouvernement du Canada a fait de la littératie financière une priorité. Il fournit des ressources annuelles à l’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) pour lui permettre d’entreprendre des initiatives, de mener des recherches et d’élaborer des programmes et des outils conviviaux pour les consommateurs. Le gouvernement a aussi nommé une chef du développement de la littératie financière qui a pour rôle de fournir des conseils et une expertise pour mettre en œuvre la stratégie en mobilisant les intervenants du pays et en collaborant avec eux.

Le gouvernement continue de prendre des mesures pour mieux protéger les consommateurs. Le Plan d’action économique de 2015 propose de renforcer et de moderniser le cadre de protection des consommateurs de produits et de services financiers du Canada afin que les institutions financières répondent aux divers besoins des Canadiens. Le nouveau cadre de protection des consommateurs améliorera l’accès aux services bancaires de base, élargira les exigences concernant la divulgation de l’information en langage simple et clair, et étendra les interdictions touchant certaines pratiques qui vont à l’encontre de l’intérêt des consommateurs. Tous les Canadiens profiteront de ces mesures, y compris les consommateurs les plus vulnérables.

Nous renforçons les fondements et, maintenant, nous voulons relever la barre de la littératie financière bien plus haut grâce à un plan d’action réfléchi, qui soit à la fois pertinent et accessible pour tous les Canadiens et qui reconnaisse la diversité de leurs expériences et de leurs situations. Un plan qui signifie quelque chose pour les particuliers et les familles, pour les secteurs public et privé et pour les petites, moyennes et grandes entreprises. Il s’agit d’un appel à l’action qui invite chacun à répondre « Compte sur moi! »

Infographie représentant la vision, la stratégie, les objectifs et les priorités de la stratégie nationale pour la littératie financière. Les détails se trouvent dans le texte suivant le graphique. 

Quelle est la stratégie?

La vision

Renforcer le bien-être financier des Canadiens et de leur famille.

La stratégie

La Stratégie nationale pour la littératie financière – Compte sur moi, Canada mobilisera les secteurs public, privé et sans but lucratif et sollicitera leur engagement à renforcer la littératie financière des Canadiens et à leur donner les moyens d’atteindre les objectifs suivants : 

  • gérer leur argent et leurs dettes judicieusement;
  • planifier et épargner pour l’avenir;
  • prévenir la fraude et l’exploitation financière, et s’en protéger.

La stratégie évoluera au fil du temps, en priorisant les mesures de manière à permettre l’élaboration et l’exécution d’initiatives précises. Les intervenants de tout le pays seront mobilisés et invités à travailler ensemble à des objectifs communs. Les progrès feront l’objet d’évaluations et de comptes rendus. On envisage un plan d’action qui établira des livrables ciblés en fonction d’un calendrier bien précis afin de concentrer les efforts dans des domaines clés. Les initiatives seront mises en valeur dans une base de données centrale publique. Des campagnes de communication coordonnées cibleront directement les Canadiens.

Ensemble, nous réussirons à renforcer la littératie financière des Canadiens, à toutes les étapes de leur vie.

Les objectifs

Les objectifs ont été établis à partir de recherches ainsi que des consultations menées à l’échelle du pays auprès d’organismes offrant de l’enseignement et des programmes en littératie financière.

1. Gérer leur argent et leurs dettes judicieusement

La gestion de l’argent fait partie du quotidien. Tous les Canadiens ont besoin d’une solide base de connaissances et de compétences financières pour tirer le meilleur parti de leur revenu, payer leurs factures, remplir d’autres engagements financiers et prendre des décisions éclairées à propos de leurs dépenses en fonction de leurs besoins et de leurs priorités. Il est essentiel que les gens sachent comment surveiller leurs dépenses et leur budget de manière efficace pour vivre selon leurs moyens et avoir l’impression de tenir les rênes de leur vie financière.

Des fondements acquis tôt dans la vie aident à créer des habitudes et des attitudes positives qui influeront sur la manière dont les gens gèrent leur argent tout au long de leur vie. Les possibilités d’apprentissage continu leur permettent de construire sur cette assise et d’adapter leurs connaissances et leurs compétences à mesure que leurs besoins et leur situation évoluent.

2. Planifier et épargner pour l’avenir

Un élément essentiel de la littératie financière consiste à se fixer des objectifs financiers et à déterminer les voies à suivre pour les atteindre. Il peut s’agir d’objectifs à court terme, comme acheter un ordinateur, ou de grands événements de la vie, comme planifier ses études ou sa retraite. Les initiatives qui se retrouvent dans cette catégorie permettent aux Canadiens de se concentrer sur l’établissement d’objectifs, de faire des projets en vue des grands événements de leur vie et de prendre des mesures concrètes pour y parvenir. Elles aident les consommateurs à acquérir une compréhension solide des produits et des services financiers et à en évaluer les caractéristiques et les avantages, notamment les coûts et les risques connexes. Ces initiatives accroissent également la sensibilisation et la compréhension des avantages actuellement offerts en milieu de travail et par le gouvernement, notamment les programmes d’épargne au travail auxquels les Canadiens peuvent avoir droit. L’objectif consiste notamment à réduire les obstacles à la participation à ces programmes, une préoccupation des personnes ayant un faible revenu.

3. Prévenir la fraude et l’exploitation financière, et s’en protéger

N’importe qui peut être victime de fraude financière. De nouvelles arnaques voient constamment le jour et ont pour but d’inciter les gens et à poser des gestes qui leur feront perdre de l’argent au profit des fraudeurs. Les Canadiens doivent savoir quels sont les signes à surveiller et comment ils peuvent réduire les risques. S’ils pensent être victimes d’une fraude, ils doivent savoir où ils peuvent obtenir de l’aide, notamment au Centre antifraude du Canada. Souvent, les Canadiens âgés sont tout spécialement ciblés par certains types de fraude et peuvent être vulnérables à l’exploitation financière. Les initiatives d’éducation et de prévention peuvent aider à protéger les Canadiens contre ce genre d’exploitation et de fraude. Pour atteindre cet objectif, il faudra miser sur de solides réseaux de prévention de la fraude et de l’exploitation financière à l’œuvre dans de nombreuses régions du pays.

Des ressources pour en apprendre plus sur les produits et les services financiers

Le site Web de l’ACFC offre des ressources gratuites et objectives pour aider les Canadiens à en apprendre davantage sur une vaste gamme de produits et de services financiers. Il fournit des outils pour trouver des comptes bancaires et des cartes de crédit qui répondent le mieux à des besoins particuliers ainsi que des renseignements en langage clair et simple sur les droits et les responsabilités dans le domaine financier. La Base de données canadienne sur la littératie financière permet de trouver des ressources offertes aux quatre coins du Canada.

Les priorités

Les consultations de la chef du développement de la littératie financière ont fait ressortir trois priorités pour adopter des mesures concrètes et mettre en œuvre la stratégie de manière efficace :

  • collaborer et partager;
  • adapter les programmes et appliquer les principes du langage clair;
  • atteindre le public canadien et obtenir son engagement.

1. Collaborer et partager

Pour améliorer la littératie financière des Canadiens, il faudra que tous les secteurs, y compris les gouvernements, les éducateurs, les fournisseurs de services financiers, les employeurs et les organismes sans but lucratif, de même que les particuliers et les familles, fassent des efforts soutenus et concertés. La réussite nécessitera l’engagement et la participation de tous ces acteurs. Grâce à la stratégie nationale, la chef du développement de la littératie financière peut jouer un rôle clé en contribuant à faciliter l’établissement de partenariats innovateurs entre les secteurs public, privé et sans but lucratif. En partenariat avec les intervenants, la chef du développement de la littératie financière déterminera également les critères d’évaluation des programmes actuels de littératie financière, ce qui aidera les bailleurs de fonds du secteur privé à prendre des décisions éclairées sur les initiatives à appuyer.

2. Adapter les programmes et appliquer les principes du langage clair

Puisque les gens apprennent de différentes façons, il faudra une variété d’approches pour les amener à participer et les encourager à passer à l’action. Pour répondre à la diversité des besoins et des intérêts, il sera essentiel d’élaborer et de promouvoir des ressources dans des formats attrayants et interactifs qui soient dynamiques et amusantes, notamment des vidéos, des plateformes et des applications Web. La simplification des documents et l’utilisation d’un langage clair permettent aux Canadiens de mieux assimiler l’information. Tous les participants à la mise en œuvre de la stratégie seront incités à s’assurer que la langue et la présentation de la matière sont faciles d’accès pour un grand nombre de Canadiens. De la recherche est nécessaire pour aider les organismes à mieux comprendre comment aider les gens à prendre les décisions qui répondent le mieux à leurs besoins. Le partage des résultats de recherche, notamment dans le domaine de l’économie comportementale, aidera à adapter les programmes de manière à en maximiser les retombées et à favoriser une prise de décision efficace en matière financière.

3. Atteindre le public canadien et obtenir son engagement

L’intégration de l’apprentissage financier dans des activités courantes de la vie permettra d’atteindre un plus grand nombre de personnes. Le milieu de travail, les centres communautaires et de soins de santé, l’école, les services sociaux et les médias sociaux sont tous des canaux importants qui peuvent être exploités pour accroître la littératie financière. La collaboration avec les organismes et la mobilisation de leurs réseaux permettra aux initiatives de littératie financière de la stratégie d’atteindre un plus grand nombre de Canadiens à des moments clés de leur vie. Par ailleurs, la chef du développement de la littératie financière dressera une liste des initiatives menées par les organismes des secteurs public, privé ou sans but lucratif qui appuient la stratégie nationale. Ces initiatives pourront être consultées à www.acfc.gc.ca/CompteSurMoiCA.

Événements de la vie

Quitter le nid familial, Avoir des enfants, Être propriétaire de sa maison et La vie à la retraite, voilà quelques-uns des sujets abordés dans la section « Événements de la vie » du site Web de l’ACFC. Cette section aide les Canadiens à en apprendre davantage sur les questions financières qui les touchent à différents moments de leur vie.

Qui est responsable?

Infographie représentant les rôles et les responsabilités des groupes qui travaillent à mettre en œuvre la stratégie nationale pour la littératie financière. Les détails se trouvent dans le texte suivant le graphique.

Rôles et responsabilités

La Stratégie nationale pour la littératie financière – Compte sur moi, Canada offre des possibilités fascinantes à tous les niveaux des secteurs public, privé et sans but lucratif, aux éducateurs et aux systèmes scolaires, ainsi qu’à chaque Canadien. Elle leur donne l’occasion de collaborer de manière créative à une vision globale et inspirante. Par exemple, le gouvernement du Canada a récemment obtenu l’engagement des banques à établir un fonds quinquennal pour les partenariats en littératie financière de 10 millions de dollars, qui versera des subventions aux organismes communautaires admissibles pour réaliser des projets visant à améliorer les compétences financières des Canadiens. Le mouvement prend de l’ampleur; on le constate dans les réseaux qui se développent partout au pays et dans le nombre croissant d’organismes qui voient le jour et qui offrent des programmes de littératie financière.

Plusieurs groupes uniront leurs efforts pour assurer la mise en œuvre des objectifs de la stratégie :

  1. La chef du développement de la littératie financière assurera la mise en œuvre de la stratégie en travaillant avec les secteurs public, privé et sans but lucratif, ainsi que directement avec la population canadienne. La chef guidera l’élaboration de cadres d’évaluation et de responsabilisation, d’un programme de recherche et d’un plan d’action énonçant des livrables. Son rôle consistera en outre à coordonner les efforts des ministères fédéraux et à collaborer pour sensibiliser les Canadiens aux programmes et aux services à leur disposition ainsi qu’à en faire la promotion. La chef travaillera également avec les provinces et les territoires afin de les encourager à appuyer ces initiatives. Enfin, la chef rendra compte annuellement des progrès accomplis dans la mise en œuvre de la stratégie.
  2. Le Comité directeur national sur la littératie financière​ se compose de représentants de secteurs particuliers de tout le pays qui possèdent une expertise en littératie financière. Appuyant la chef du développement de la littératie financière, les membres du comité s’engagent à se faire les champions de la stratégie et à aider à créer et à mettre en œuvre des activités dans leur réseau. Ils trouveront des possibilités de créer de nouveaux partenariats avec les secteurs privé et sans but lucratif afin d’élargir la portée des activités menées dans les communautés du Canada à l’intention de divers publics et groupes d’âge ainsi que des personnes qui en ont le plus besoin. Par ailleurs, ils repéreront des canaux dans leur secteur pour rendre accessibles les ressources et les outils de littératie financière à un plus grand nombre possible de Canadiens.
  3. Nous compterons sur les organismes des secteurs privé, public et sans but lucratif qui jouent un rôle dans la littératie financière partout au pays pour offrir des services visant à renforcer la littératie financière dans leur communauté. Bon nombre d’entre eux ont déjà établi des réseaux et cerné des possibilités de partage de leur expertise et de leurs ressources.
  4. La population canadienne a aussi un rôle clé à jouer dans l’atteinte des objectifs de la stratégie. Après tout, elle est la mieux placée pour déterminer dans quels domaines elle éprouve de la difficulté et pour prendre des mesures afin d’y apporter des améliorations. Et elle profitera grandement de l’enrichissement de ses connaissances et ses compétences financières.

Visitez www.acfc.gc.ca/CompteSurMoiCA pour consulter la liste d’organismes et de leurs initiatives en appui à la Stratégie nationale pour la littératie financière – Compte sur moi, Canada.

Ce que nous faisons

Nous encourageons les initiatives qui appuient les objectifs de la stratégie. Les gouvernements, le secteur privé et les organismes sans but lucratif, de même que le secteur des services financiers, devraient tous se demander comment ils peuvent intensifier leurs efforts pour mener à bien les initiatives suivantes :

Les initiatives selon chaque objectif

1. Gérer leur argent et leurs dettes judicieusement 

  • Offrir des ressources gratuites et objectives pour aider les Canadiens à préparer leur budget et à gérer leurs finances.
  • Intégrer une formation et des ressources sur la gestion financière efficace dans les programmes et les services offerts à la population canadienne.

2. Planifier et épargner pour l’avenir

  • Fournir des renseignements gratuits et objectifs sur les produits et les services financiers pour aider les Canadiens à mieux planifier et épargner.
  • Concevoir des façons novatrices de fournir aux Canadiens de l’information sur les véhicules d’épargne et la planification de leur avenir financier, et de les inciter à passer à l’action.
  • Faire en sorte qu’il soit plus facile pour les gens de savoir s’ils ont droit à des prestations du gouvernement et, le cas échéant, comment ils peuvent y accéder pour mieux planifier et épargner.

3. Prévenir la fraude et l’exploitation financière, et s’en protéger

  • Partager les outils et les ressources de manière à amener les divers groupes de Canadiens à prendre connaissance des risques de fraude et d’exploitation financière ainsi que des façons de les atténuer.
  • Déterminer les domaines de vulnérabilité à l’exploitation financière et partager de manière proactive les ressources et les outils actuels. Nous chercherons des façons novatrices d’atteindre un plus grand nombre de Canadiens grâce à ces outils.
  • Encourager les Canadiens à obtenir de l’aide s’ils ont l’impression d’être victimes de fraude. Sur son site Web, l’ACFC donne des renseignements sur la fraude et sur ce que vous devez faire si vous en êtes victime.
  • Profiter du Mois de la prévention de la fraude​ et de la Journée internationale de sensibilisation pour contrer les abus envers les personnes âgées pour sensibiliser davantage les Canadiens aux façons de se protéger contre les risques et miser sur ces efforts pour atteindre la population canadienne toute l’année.

Comment nous mesurons le succès

Il faudra du temps pour améliorer la littératie financière et le bien-être financier des Canadiens. Cela exigera un effort concerté et soutenu des organismes des secteurs public, privé et sans but lucratif. Nous visons un changement à long terme, mais l’effort en vaudra la peine.

Comment saurons-nous que nous avons réussi? En termes qualitatifs, un nombre croissant de Canadiens seront mieux informés et auront davantage confiance en eux lorsqu’ils traiteront de questions financières. Ils prendront des décisions qui amélioreront leur bien-être financier et qui préserveront la santé de notre économie.

Les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la stratégie seront mesurés à l’aide d’une gamme d’outils d’évaluation appuyés par la recherche portant, par exemple, sur les méthodes efficaces de prestation de programmes aux Canadiens. L’Enquête canadienne sur les capacités financières, menée tous les cinq ans (la prochaine aura lieu en 2019), a permis d’établir les objectifs et elle constituera un point de référence clé pour mesurer l’évolution de la littératie financière des Canadiens au fil du temps. Des mécanismes de suivi, de mesure et de préparation de rapports seront établis pour que tous les programmes soient évalués de manière uniforme et, au besoin, que des améliorations soient apportées. Les pratiques exemplaires seront partagées.

La chef du développement de la littératie financière et le Comité directeur national évalueront les progrès et obtiendront une rétroaction en consultant les intervenants et les partenaires qui offrent des outils et des services, de même qu’en consultant directement les Canadiens grâce à des enquêtes et aux commentaires sur les programmes, les outils et les ressources qu’ils utilisent. La chef du développement de la littératie financière rendra compte des progrès accomplis dans le rapport annuel​ de l’ACFC.

Par ailleurs, le Canada se comparera à l’échelle internationale. Il participera à l’enquête internationale 2015 de l’OCDE qui nous permettra d’évaluer les niveaux de littératie financière chez les adultes et de comparer les résultats à ceux des pays participants. Le niveau de littératie financière des jeunes Canadiens sera également mesuré au moyen du Programme international pour le suivi des acquis des élèves​ de l’OCDE, qui étudie les jeunes âgés de 15 ans et établit un fondement pour mesurer les progrès et cerner de nouveaux domaines sur lesquels porter l’attention.

Autres mesures clés du succès :

  • croissance de la formation et de l’éducation financière en milieu de travail, dans le système scolaire et au sein des communautés;
  • accroissement du nombre de partenariats de collaboration;
  • nombre de contributeurs et d’utilisateurs de la Base de données canadienne sur la littératie financière sur le site Web de l’ACFC;
  • nombre d’ateliers et de séminaires donnés et le nombre de participants.

Pouvons-nous compter sur VOUS?

La littératie financière peut être une force positive et puissante dans votre vie et dans celle des personnes qui vous sont chères. Nous sommes d’avis que la stratégie vous aidera non seulement à déterminer où aller si vous avez besoin d’aide, mais encore à renforcer vos connaissances, vos compétences et votre confiance pour vous permettre de prendre des décisions financières éclairées.

À titre d’organisme, vous êtes invité à collaborer et à créer des façons novatrices et inspirées d’offrir des ressources en littératie financière aux Canadiens à des moments cruciaux de leur vie. Soyez de la partie! Visitez la page des organismes à www.acfc.gc.ca/CompteSurMoiCA et dites-nous ce que vous faites pour renforcer la littératie financière des Canadiens.

À titre de Canadien, vous êtes invité à faire de l’apprentissage financier un cheminement continu. Nous vous encourageons à prendre part à la conversation dans les médias sociaux. Consultez le site Web de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada pour répondre au questionnaire d’autoévaluation, faire des recherches dans la base de données sur la littératie financière, chercher des ressources dans votre communauté et commencer à bâtir votre avenir financier dès aujourd’hui.

Avec votre aide, la Stratégie nationale pour la littératie financière – Compte sur moi, Canada continuera d’évoluer. Pouvons-nous compter sur VOUS?

Annexe

Contexte : Comment nous sommes arrivés à la Stratégie nationale pour la littératie financière – Compte sur moi, Canada

Dans le but de mieux comprendre le niveau de littératie financière des Canadiens ainsi que les défis qu’ils doivent relever, le gouvernement du Canada a lancé, en 2009, le Groupe de travail sur la littératie financière. Après avoir étudié les enjeux et mené de nombreuses consultations, le Groupe de travail a préparé un rapport contenant 30 recommandations. Bon nombre d’entre elles ont déjà été mises en œuvre, y compris la nomination de la première chef du développement de la littératie financière et la création du Comité directeur national sur la littératie financière, deux événements survenus en 2014.

Le gouvernement a également mené une enquête nationale pour recueillir des renseignements sur les capacités financières des Canadiens ainsi que sur les difficultés auxquelles ils font face. Les résultats de l’Enquête canadienne sur les capacités financières de 2009 ont été analysés dans cinq domaines : joindre les deux bouts, tenir une comptabilité, prévoir pour l’avenir, choisir des produits financiers et se tenir au courant. Les résultats donnaient à réfléchir : un quart seulement des Canadiens ont obtenu des résultats élevés dans les cinq domaines. L’enquête a été réalisée à nouveau en 2014, et les données sont maintenant en cours d’analyse. Les résultats préliminaires montrent que les mêmes difficultés persistent pour bon nombre de Canadiens.

En 2014, afin de recueillir d’autres renseignements, la chef du développement de la littératie financière a tenu des consultations auprès de diverses communautés un peu partout au Canada afin de discuter des besoins, des défis et des possibilités devant être abordés dans le cadre d’une stratégie pour la littératie financière.

Le Canada participe à un vaste mouvement visant à faire de la littératie financière une priorité et, dans ce domaine, il est considéré comme un chef de file mondial :

  • Les pays du G20, y compris le Canada, ont approuvé des principes de haut niveau concernant des stratégies nationales en matière d’éducation financière élaborées par le Réseau international sur l’éducation financière de l’OCDE.
  • Les ministres des Finances de l’APEC estiment que « les connaissances financières constituent une compétence essentielle pour tous au XXIe siècle, et qu’elles représentent un volet important des efforts que doivent déployer toutes les économies pour appuyer efficacement la stabilité économique et financière, le développement inclusif ainsi que le bien-être des particuliers et des familles ».
  • Plus de 50 pays ont mis en œuvre des stratégies pour la littératie financière, y compris l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Depuis 2009, le gouvernement du Canada a : 

  • Établi le Groupe de travail sur la littératie financière.
  • Élaboré et mené l’Enquête canadienne sur les capacités financières de 2009 et 2014 (effectuée tous les cinq ans).
  • Déclaré novembre Mois de la littératie financière, période où se tiennent un nombre croissant d’événements et d’initiatives d’année en année.
  • Nommé la première chef du développement de la littératie du Canada.
  • Établi un Comité directeur national sur la littératie financière.
  • Tenu quatre conférences nationales sur la littératie financière afin de stimuler les échanges sur le renforcement de la littératie financière au moyen de la collaboration.
  • Lancé Renforcer la littératie financière des aînés en octobre 2014.
  • Lancé la Base de données canadienne sur la littératie financière et le questionnaire d’autoévaluation, mettant ainsi à la disposition des Canadiens plus d’outils et de ressources sur le site Web de l’ACFC.
  • Proposé un nouveau cadre de protection des consommateurs pour les banques.​
​​​​​