Fraude par carte de crédit

Vous êtes victime de fraude par carte de crédit lorsqu'on vole votre carte de crédit, l'information qu'elle contient ou votre numéro d'identification personnel (NIP), et qu'on s'en sert pour effectuer des transactions ou des achats non autorisés.

Comment se produit-elle?

Les voleurs recourent à diverses astuces, dont celles-ci :

  • Fouiller dans les boîtes aux lettres ou les déchets domestiques pour y trouver des renseignements financiers.
  • Glisser votre carte de crédit dans un lecteur secondaire qui enregistre les renseignements emmagasinés sur la bande magnétique; c'est ce qu'on appelle l'écrémage.
  • Pirater les bases de données des commerçants et voler les renseignements concernant les cartes de crédit.
  • Installer de petits dispositifs aux pompes à essence qui enregistrent les numéros des cartes de crédit.
  • L'hameçonnage qui consiste à soutirer des renseignements sur votre carte de crédit au moyen d'un courriel frauduleux qui semble provenir d'une source légitime.

La technologie des puces remplace maintenant les bandes magnétiques pour rendre les opérations par carte de crédit plus sécuritaires. Ces cartes sont dotées d'une puce encodée qui est pratiquement impossible à reproduire. Néanmoins, vous n'êtes toujours pas à l'abri de la fraude si quelqu'un a votre carte de crédit et votre NIP entre les mains.

Comment la prévenir

La prévention commence par la protection de vos renseignements personnels et financiers.

  • Ne prêtez pas votre carte de crédit et ne divulguez pas votre NIP à qui que ce soit.
  • Couvrez le clavier lorsque vous inscrivez votre NIP chez un commerçant ou à un guichet automatique bancaire.
  • Ne quittez pas votre carte de crédit des yeux lorsque vous faites des achats, pour éviter l'écrémage ou le double balayage.
  • Prenez en note le numéro de votre carte de crédit, les caractéristiques de votre carte et le numéro de téléphone à composer en cas de vol ou de perte. Conservez cette information en lieu sûr.
  • Vérifiez vos relevés tous les mois et signalez les erreurs ou transactions non autorisées.
  • Conservez vos relevés de carte de crédit dans un lieu sûr et déchiquetez-les lorsque vous n'en avez plus besoin.
  • Lorsque vous annulez votre carte de crédit, demandez qu'on vous envoie une confirmation écrite.
  • En ligne, utilisez votre carte de crédit uniquement sur les sites fiables et assurez-vous que votre transaction en ligne est encodée. Cherchez les sites Web dont les adresses commencent par « https » ou qui affichent l'image d'un cadenas sur la page. C'est une indication qu'ils sont sécurisés et que l'information donnée sur ces pages et la transmission de l'information sont protégées.

Ce qu'il faut faire si vous êtes victime

Si vous êtes victime de fraude par carte de crédit, il se pourrait que vous soyez protégé par l'une des politiques de protection des consommateurs adoptées par American Express, MasterCard et Visa. Certaines conditions peuvent s'appliquer.

Si vous pensez être victime de fraude, prenez les mesures suivantes :

  • Prenez des notes : inscrivez le moment auquel vous avez constaté la fraude et les mesures que vous avez prises, y compris le nom des personnes avec lesquelles vous avez parlé et les dates des communications.
  • Déposez un rapport à la police de votre collectivité.
  • Communiquez avec vos institutions financières et toute autre société (p. ex., une compagnie de téléphone ou un fournisseur de service câble) où vos comptes ont été trafiqués, ou risquent d'être trafiqués.
  • Informez les deux agences d'évaluation du crédit, TransUnion​ et Equifax, du Canada.
  • Communiquez avec le Centre antifraude du Canada, un centre d'appels antifraude national, par téléphone au 1‑888‑495‑8501, ou par courriel à l'adresse info@antifraudcentre.ca.
  • Connaissez vos droits et responsabilités.

Pour en savoir plus sur la façon dont se produit la fraude par carte de crédit, la façon de vous protéger et ce qu'il faut faire si vous êtes victime, consultez la fiche-conseil « Protégez-vous contre la fraude par carte de crédit ».​​

​​